Tenue correcte exigée, quand le vêtement fait scandale.

Une grande exposition intitulée « Tenue correcte exigée, quand le vêtement fait scandale » à laquelle le Musée des Arts Décoratifs nous offre une promenade à travers des siècles, des tenues les plus scandaleuses de l’histoire de la mode, du XIVe siècle à nos jours.

Présentée en 3 parties, une série de pièces iconiques dont l’irruption, en leur temps, a suscité choc et désaveu. Des tenues qui ont fait scandale il y a de cela quelques siècles, comme la tenue de Jeanne d’Arc accusée d’avoir porté un vêtement d’homme, les hauts-de-chausses, ces culottes larges de la taille au genou, apparus au XIIIe siècle, des capuches en 1713 (six siècles de préjugés), qui n’étaient déjà pas appréciées à l’époque… De la taille des paniers et des jupes à la disparition des corsets, jusqu’aux grands mélanges des genres, mini-jupes, jean troué, des pattes d’eph de hippies, des baggys des années 90, et la prise de pouvoir des femmes avec le tailleur-pantalon d’Yves Saint Laurent, qui a ouvert la voie aux femmes et aux pantalons pour toutes…

L’exposition explore les prises de libertés, les lois, les interdits faites à la norme vestimentaire, aux codes et aux valeurs morales et dessine un véritable portrait de l’évolution des mœurs en Occident, des banlieues aux podiums.

Jusqu’au 23 avril, musée des Arts Décoratifs

107, rue de Rivoli
75001 Paris
Tél. : +33 (0)1 44 55 57 50

A voir aussi un livre de Véronique Belloir

Déboutonner la mode

Il est des objets avec lesquels nous entretenons des rapports tout en délicatesse, entre conscience et émotion. À plus d’un titre, le bouton est de ceux-là, de ceux que l’on conserve parfois, sans bien savoir pourquoi, au fond d’une poche ou dans une boîte. Sur un vêtement, qu’il soit masculin ou féminin, son rôle est loin d’être anodin : élément structurant l’équilibre des formes, il entre en résonance avec une ligne, celle d’une boutonnière, d’une couture ou celle du vêtement lui-même. L’histoire du bouton révèle bien d’autres aspects méconnus. Qu’il soit modeste et utile ou précieux et décoratif, sa place évolue au fil du temps en fonction des convenances, des règles de savoir-vivre ou des variations de mode.

Pas de commentaire

Désolée, les commentaires sont fermés